La plage de la Braie (Notre-Dame-de-Monts)

La belle plage de la Braie située au nord de la commune est une des huit plages de Notre-Dame-de-Monts. 

A l'écart de la plage centrale et de celle du Pont d'Yeu (cliquez sur ces noms pour voir nos articles), elle est idéale pour les familles qui aiment le calme et la nature. De plus, la baignade est surveillée en juillet et août.


On y accède facilement à pied, à vélo, en voiture... et même à cheval grâce aux chemins et sentiers particulièrement bien entretenus dans la forêt domaniale du Pays de Monts :

Photos © Ch + AM   avril 2019, reproduction interdite sans autorisation

Insolite et spectaculaire : le château d'eau Kulmino de Notre-Dame-de-Monts

Ce château d'eau imposant toujours en activité est aussi ouvert aux visiteurs ! On bénéficie ainsi depuis la plateforme panoramique située à 70 mètres du sol d'une vue imprenable sur le marais, la dune, la forêt, les îles, à l’aide de jumelles et de tables d’orientation.

A savoir : Kulmino alimente en eau 3 communes avoisinantes mais aussi l’île de Noirmoutier et même l’île d’Yeu !

site officiel : https://www.kulmino.fr/


Cet article est aussi l'occasion de vous présenter un blog pour ceux qui s'intéressent aux vues aériennes et aux cerfs-volants :   photocerfvolant.free.fr
Sur ce blog, vous retrouverez notamment cette superbe photo du Kulmino : 

 
Photos © Ch + AM   avril 2019, reproduction interdite sans autorisation

Un tout petit papillon bleu : l'Azuré des nerpruns (Celastrina argiolus)

Ce papillon photographié à Notre-Dame-de-Monts le 12 avril 2019 vient juste de naître. Il hiverne à l'état de chrysalide au stade nymphal. Très petit et peu visible les ailes ouvertes, son envergure va de 2,6 à 3,4 cm.

Contrairement à ce que laisse penser son nom, notre petit papillon a plusieurs plantes-hôtes, dont le lierre. En anglais, il porte le joli nom de "Holly Blue".

Il vole en deux générations, d'avril-mai et juin-juillet en Afrique du Nord, avec un décalage d'un mois en Europe. 

 Photos © Ch + AM   avril 2019, reproduction interdite sans autorisation

Trois nouveaux papillons...

Après la Belle-Dame et le Gazé (voir ici), trois nouveaux papillons observés cette année.

L'Amaryllis ou Satyre tithon ou Titon est un papillon de taille moyenne de couleur orange vif sur le dessus des ailes avec une épaisse bordure brun foncé. Il est présent dans tous les départements français métropolitains.

 (photo prise à Saint-Jean-de-Monts en août 2017)

La Piéride de la rave est un joli petit papillon migrateur blanc à revers blanc jaunâtre. Le mâle porte un petit point noir sur les ailes, la femelle en a deux.

(photo prise à Saint-Jean-de-Monts en août 2017)

Le Cardinal est un grand papillon au vol rapide et puissant. En France, on le trouve dans les départements de la côte atlantique et dans le pourtour méditerranéen.

 (photo prise à Olonne-sur-Mer en septembre 2017)
Photos © Ch + AM  2017 , reproduction interdite sans autorisation

Deux papillons...

La Belle-Dame ou Vanesse des chardons, est un papillon migrateur. Cosmopolite, c'est l'espèce diurne la plus répandue dans le monde.

(Photo prise à St-Gilles-Croix-de-Vie en juillet 2015)


Le Gazé ou la Piéride de l'aubépine est un assez grand papillon aux ailes blanches nervurées de noir. Cet apparat élégant est unique chez les papillons, d'où son nom anglais "Black-veined White". Autrefois considéré comme nuisible, tellement il abondait dans les vergers, il est aujourd’hui menacé par l’utilisation accrue des pesticides et la destruction du bocage.

 (Photo prise à L'Ile d'Olonne en mai 2017)

Photos © Ch + AM  mai 2017 , reproduction interdite sans autorisation

Personnages célèbres de Vendée : Marie de Beaucaire

Marie de Beaucaire (1535-1613) a été dame d'honneur de la reine Marie Stuart. En Vendée elle est surtout connue pour avoir participé à l'essor de la cité de Saint-Hilaire-de-Riez et de sa dépendance Croix-de-Vie. 

Elle a une solide réputation de bâtisseuse, puisqu'elle est à l'origine de la création du premier port de pêche de Croix-de-Vie où elle aussi fait construire au 17ème siècle une chapelle puis une seconde (aujourd'hui dans le vieux cimetière de Saint-Hilaire-de-Riez) en 1610 à la mémoire de son mari Sébastien de Luxembourg, comte puis duc de Penthièvre, mort quarante ans plus tôt.

 portrait par Gérard Gargouille d'après le livre de Marie de Médicis

Marie de Beaucaire est parfois considérée comme "la grand-mère de l'Europe" car elle a dans sa descendance non seulement Louis XV mais aussi de nombreux rois (Portugal, Italie, Sardaigne...) et ducs de Savoie.

On a même découvert qu'elle était aussi l'aïeule de l'américaine Brooke Shields !

 La salle communale Marie de Beaucaire à Saint-Gilles-Croix-de-Vie

 Début de la promenade Marie de Beaucaire sur cette même commune

Photos © Ch + AM   mars 2019, reproduction interdite sans autorisation

Les oiseaux des marais vendéens (5/5) : les passereaux


Les passereaux sont plus furtifs donc difficiles à observer. 

L'un des plus beaux vit à l'arrière des dunes dans les strates arbustives : la gorge bleue à miroir. C'est le joyau du marais. 

Grand migrateur, ce passereau passe l’hiver en Afrique tropicale et revient en avril en Vendée pour se reproduire. Le mâle exhibe alors sa gorge blanche rehaussée d’un plastron au bleu intense.


Textes et photos © CD mars 2019 ,  reproduction interdite sans autorisation

Les oiseaux des marais vendéens (4/5) : les échassiers


Les échassiers se reconnaissent aux pattes disproportionnées par rapport à la taille du corps. Ils trouvent leur nourriture dans l’eau correspondant à la hauteur de leur pattes. Ils fouillent la vase à l’aide d’un bec assez long et fin pour trouver vers, insectes , ou mollusques.

On rencontrera facilement l’échasse blanche au corps noir et blanc gracile perché sur de longues pattes roses. Elle hiverne en Afrique subsahélienne puis migre pour pondre dans nos marais en mai et repartir en août vers les zones humides d’Afrique tropicale.

Pendant la période de nidification, le bécasseau, lui, habite les marais des régions tempérées. Pendant l'hiver il vit en grandes bandes dans les vasières, les plages de sable et sur les étangs d'eau douce.


Le héron garde-bœuf accompagne les bovins dans les prairies et se nourrit des insectes qui fuient devant les sabots des animaux. Ils se perchent aussi sur leur dos afin de picorer les innombrables parasites dont ils sont infestés.

Le héron cendré a la palme de la patience ! Il est capable de se tenir à l’affût des heures durant, immobile, œil fixe pour attraper grenouilles, anguilles, insectes imprudents ou mulots à l’aide de son redoutable bec en harpon.

L’aigrette garzette au plumage immaculé et au bec et pattes noires est facile à identifier. Par le passé ses jolies plumes qu’elle arbore en parade nuptiale ornaient les chapeaux des élégantes. C'est une espèce qui ne migre plus depuis quelques décennies et qui niche dans les arbres.

   
La cigogne de retour d’Afrique en mars nidifie depuis quelques années dans le marais breton où un parcours d’observation gratuit et facile d’accès est proposé au bois de cene sur la route de l’île Chauvet. Vous observerez les oiseaux sur les plateformes aménagées.

Textes et photos © CD mars 2019 ,  reproduction interdite sans autorisation

Les oiseaux des marais vendéens (3/5) : les anatidés


Deux groupes de canards fréquentent nos terres : les canards plongeurs qui s'immergent pour trouver leur nourriture d'où une grande profondeur d’eau nécessaire. On les trouvera sur les lacs plus à l’intérieur des terres.

Dans nos marais nous rencontrerons essentiellement  les canards de surface ou barboteurs qui filtrent l’eau et fouillent la vase. Ils présentent un dimorphisme sexuel (mâle très coloré par rapport à la femelle). La femelle reste terne pour assurer sa discrétion pendant la couvaison.

Le canard colvert est le plus facile à observer, le mâle possède une tête vert bouteille, comme le canard souchet, mais séparée du ventre marron par un collier blanc. La femelle est brune tachetée de marron.


Textes et photos © CD mars 2019 ,  reproduction interdite sans autorisation

Les oiseaux des marais vendéens (2/5) : les rapaces


Autour des marais salants, de vastes étendues marécageuses conviennent à la chasse en rase-mottes. La présence permanente de vie animale attire naturellement des prédateurs opportunistes comme le hibou des marais. 

Essentiellement nocturne, celui-ci se tapit le jour au sol, invisible dans la végétation à l'affût de micromammifères tels les campagnols. En mars-avril la femelle pond 4 à 12 œufs au sol dans un nid et couve un mois environ. 



Textes et photos © CD mars 2019 ,  reproduction interdite sans autorisation