Le joli village de Nieul-le-Dolent

Etymologiquement, le nom de Nieul-le-Dolent vient du gaulois "nouvelle clairière". Puis son nom a signifié "nouveau village". 

C'est aujourd'hui une belle commune fleurie de 2 500 habitants située dans le bas-bocage verdoyant entre La Roche-sur-Yon et le littoral.

Photos © Ch + AM  juin 2018, reproduction interdite sans autorisation

Voitures anciennes (25) : la Renault 18 Turbo

La Renault 18 est une automobile de taille moyenne fabriquée à partir de 1978. Elle est basée sur sa devancière la Renault 12.

Au début des années 1980, la Renault 18 est la voiture familiale la plus vendue en France. Après les lancements de la Renault 9 et de la Peugeot 305 Série 2, sa fin de carrière sera plus difficile.

Septembre 1980 : apparition de la 18 Turbo (185 km/h) qui se démarque par le tableau de bord de type Fuego, les jantes avec pneus taille basse de la Fuego GTX 2 litres, le spoiler avant, les pare-chocs noirs, les pieds-milieu noirs, le stripping latéral, les baguettes de protection latérale de type large et le becquet arrière.

 Photos © Ch + AM   avril 2019, reproduction interdite sans autorisation

Voitures anciennes (24) : la Renault R6 et R6 TL

La Renault 6 (1968-1980) fut désignée ainsi parce qu'elle était équipée d'un moteur de 6 chevaux fiscaux. 

Elle était prévue pour être une petite Renault 16, d'où sa ligne similaire à l'exception des bordures latérales du toit. Mais ur le plan mécanique, la R6 est une évolution de la R4 dont elle reprend l'essentiel en s'en distinguant par l'esthétique et l'habitabilité.

À partir d'octobre 1970 (modèle 1971), la version originelle est supplantée par la nouvelle R6 TL. Grâce à son moteur 6 CV, l'auto est plus à l'aise sur la route avec une vitesse maximale qui passe de 120 km/h à 135 km/h. 

La R6 a plus séduit la clientèle par son côté pratique que par son esthétique, elle n'a jamais suscité l'admiration ni la convoitise et commence à peine à se faire une place sur le marché des voitures de collection. 


A partir de 1974 : restylage avec nouvelle calandre en plastique gris, phares carrés et pare-chocs plus hauts intégrant les clignotants à l'avant. Baguettes latérales sur la version TL, nouveaux feux arrière et écusson arrière en plastique noir.


Photos © Ch + AM   avril 2019, reproduction interdite sans autorisation

Voitures anciennes (23) : la Renault 4CV découvrable

La 4CV "découvrable" (terme officiel) fit sa première apparition au Salon de Paris de 1949, dans une livrée rouge. Proposée uniquement en finition « Grand Luxe » riche en chromes, elle apparaît comme une version élaborée de la 4CV.

La majeure partie des 9 518 exemplaires de ce modèle furent construits entre 1951 et 1952. C'est une production assez faible, certainement à cause du prix assez cher pour l'époque (535 500 francs en juillet 1951). 


 Photos © Ch + AM   mars 2019, reproduction interdite sans autorisation

Voitures anciennes (22) : la Renault Ondine Gordini

Pour la mécanique, la Renault Ondine était équipée du simple moteur de la Dauphine, le quatre cylindres en ligne de 845cm3 qui développait 31Cv, mais avec une boite à quatre rapports montée de série, un élément qui vise à faire la différence vis à vis de la Dauphine. 

En option, le client pouvait opter pour la version Gordini qui recevait un moteur préparé pour développer 40Cv, permettant à la voiture d’atteindre 130km/h en vitesse de pointe contre 115km/h pour l’Ondine de base.

En ce début des années 60, la Renault Ondine est la voiture qui marque l’aboutissement de la Dauphine, avant que la Renault 8 ne prenne sa place.

 Photos © Ch + AM   avril 2019, reproduction interdite sans autorisation

Voitures anciennes (21) : la Renault Ondine

En 1961 et 1962, la Régie Renault propose une version améliorée de la Dauphine : la Renault Ondine. Celle-ci possède moquette, planche de bord noir mat, volant de type Floride, et sièges avant à dossier inclinable.

L’extérieur de la voiture reçoit un traitement discret avec des teintes majoritairement métallisées, un double pare-choc avant, des butoirs à l’arrière, une barre chromée sur la jupe arrière et un logo « Ondine ».

Le quartier de la Petite-Île (ou quartier du Maroc) à Croix-de-Vie

Proche du port, ce quartier plein de charme construit par des marins séduit par son dédale de ruelles étroites et ses murs de pierres de lest. On l’appelle aussi le quartier du Maroc car au 16ème siècle il était peuplé par des Portugais et des descendants des Maures d’Espagne surnommés Marocains. 

Le trompe-l’œil du restaurant à l'entrée de la rue rappelle le passé du quartier

Ceux-ci avaient été ramenés pour apprendre aux marins de Saint-Gilles (les "Giras") de nouvelles techniques de pêche à la sardine, notamment la pêche au filet droit.


Installés sur la Petite Île, une sorte de marécage de l'autre côté du fleuve, ils y ont construit de petites maisons en pierres de lests. 


Afin de gagner de la place, les courettes et les ruelles étaient juste calculées pour faire passer une brouette plus un filet ou un casier.


Au cœur du quartier, on peut visiter la Maison du Pêcheur, habitat reconstitué d’un marin pêcheur des années 1920.

 Photos © Ch + AM   mars 2019, reproduction interdite sans autorisation

La plage de la Braie (Notre-Dame-de-Monts)

La belle plage de la Braie située au nord de la commune est une des huit plages de Notre-Dame-de-Monts. 

A l'écart de la plage centrale et de celle du Pont d'Yeu (cliquez sur ces noms pour voir nos articles), elle est idéale pour les familles qui aiment le calme et la nature. De plus, la baignade est surveillée en juillet et août.


On y accède facilement à pied, à vélo, en voiture... et même à cheval grâce aux chemins et sentiers particulièrement bien entretenus dans la forêt domaniale du Pays de Monts :

Photos © Ch + AM   avril 2019, reproduction interdite sans autorisation

Insolite et spectaculaire : le château d'eau Kulmino de Notre-Dame-de-Monts

Ce château d'eau imposant toujours en activité est aussi ouvert aux visiteurs ! On bénéficie ainsi depuis la plateforme panoramique située à 70 mètres du sol d'une vue imprenable sur le marais, la dune, la forêt, les îles, à l’aide de jumelles et de tables d’orientation.

A savoir : Kulmino alimente en eau 3 communes avoisinantes mais aussi l’île de Noirmoutier et même l’île d’Yeu !

site officiel : https://www.kulmino.fr/


Cet article est aussi l'occasion de vous présenter un blog pour ceux qui s'intéressent aux vues aériennes et aux cerfs-volants :   photocerfvolant.free.fr
Sur ce blog, vous retrouverez notamment cette superbe photo du Kulmino : 

 
Photos © Ch + AM   avril 2019, reproduction interdite sans autorisation